LES CHEVALIERS DES ORDURES

À Bâton Rouge (Louisiane), une Kiwanienne lance une initiative d’élimination des déchets et motive une ville tout entière.

Auteure Cindy Dashnaw

Jennifer Richardson était en colère. Jadis décrite par Mark Twain comme une ville « drapée de fleurs, comme une jeune mariée »,  Bâton Rouge paraissait désormais drapée d’immondices.

« Il y en avait partout », s’exclame Jennifer Richardson, membre du club Kiwanis de Red Stick (en Louisiane, aux États-Unis d’Amérique), « à chaque fois que j’arrivais à un carrefour et voyais toutes ces ordures, mon sang ne faisait qu’un tour ».

Jennifer Richardson

Les fossés étaient remplis de déchets. Les terre-pleins centraux étaient envahis d’herbes folles qui retenaient les mégots et les canettes en aluminium. Des cartons et des conteneurs d’établissements de restauration rapide s’amoncelaient dans les passages sous les routes. Un jour, en train d’attendre à une intersection jonchée d’ordures, Jennifer Richardson prit son volant en mains avec détermination.

« J’ai enfin décidé que j’en avais assez d’écouter mes propres récriminations. J’allais faire quelque chose pour remédier au problème. Je me suis promis que je consacrerais toute la matinée du samedi suivant à ramasser ces ordures », explique Jennifer.

Elle publia son projet sur les médias sociaux Facebook et Nextdoor, invitant, à tout hasard, quiconque à se joindre à elle. Quelques jours plus tard, elle était à pied d’œuvre, avec bottes, gants et sacs poubelles. 

« J’étais sur le terre-plein central en train d’arracher les mauvaises herbes, de ramasser des canettes de bière et des bouteilles d’alcool et je me disais que toute la ville devait parler de moi, de la petite vieille un peu fêlée qui ramassait les ordures dans les rues, mais en levant les yeux j’ai vu que des gens étaient sortis de nulle part pour venir m’aider », raconte Jennifer.

En trois heures seulement, les dix bénévoles remplirent 42 sacs poubelles grand format.

« Plus ça allait, plus on était heureux. Une euphorie croissante. Nous disions tous que c’était la première fois en 30 ans que nous nous sentions aussi bien », explique Jennifer Richardson.  

Depuis lors, Jennifer Richardson a constitué un groupe d’une cinquantaine de bénévoles. Tous les samedis depuis janvier 2021, ils viennent aider s’ils en ont le temps ; parfois, ils viennent aussi participer à des opérations ponctuelles de nettoyage pendant la semaine. Jennifer a créé une page sur Facebook pour ses « chevaliers des ordures » et a intitulé ce groupe « Aider la ville des tigres à conserver sa splendeur », en référence au félin mascotte des équipes de sport de Bâton Rouge. En début d’année, en reconnaissance pour ses efforts, elle s’est vu décerner le titre prestigieux de Kiwanienne de l’année par le club Kiwanis de l’Université d’état de Louisiane. 

Montrer l’exemple 
Ayant eu vent de l’initiative de Jennifer Richardson, le club Kiwanis de Red Stick (Louisiane) l’a invitée à venir parler de sa lutte contre les déchets.

« J’ai élevé mes trois enfants toute seule et n’avais jamais été membre de quelque organisation que ce soit », explique-t-elle, « mais, devenue sexagénaire, je consacrais la plupart de mon temps au bénévolat. Alors, j’ai adhéré au club. Des membres viennent à mes opérations de nettoyage du samedi et nous avons eu une journée de service où le club a décidé à l’unanimité d’en faire bénéficier mon groupe. Beaucoup de Kiwaniens sont venus ce jour-là et ils continuent de venir depuis ».

« Aider la ville des tigres à conserver sa splendeur » n’est pas une association à but non lucratif formelle et ne demande pas aux bénévoles de s’engager à fournir temps ou argent. Elle existe parce que Jennifer sert de source d’inspiration à des personnes qui veulent ardemment améliorer leur environnement.

En allant rendre visite à ses enfants dans les états américains de Géorgie et du Texas, Sue Abshire, qui est membre du groupe de bénévoles, s’est rendu compte que les villes de ces deux états étaient bien plus propres que Bâton Rouge.  

« J’ai rejoint le groupe de Jennifer le samedi qui a suivi le mariage de mon fils et j’y retourne tous les samedis depuis lors », explique Sue, « bien des bénévoles viennent avec leurs enfants et des adolescents viennent aussi, ainsi que des étudiants de la faculté de droit. Nous avons même eu un petit garçon, Lance, qui a fêté son anniversaire avec nous. Jennifer lui a donné ce jour-là une pince à déchets juste pour lui et un petit gilet fluorescent ».

Le sens de la générosité 
Du début de cette initiative à avril 2022, les bénévoles ont rempli 3 300 sacs poubelles grand format pour un poids total de 75 tonnes de déchets. Les habitants de la ville qui apprécient ces efforts font don de toutes les fournitures dont le groupe a besoin.

« Les gens déposent chez moi des sacs poubelles grand format ou bien ils nous donnent assez d’argent pour que nous nous procurions des fournitures pour un ou plusieurs week-ends. J’ai demandé récemment des poubelles et, peu de temps après, une compagnie pharmaceutique locale a déposé chez moi de magnifiques poubelles bleues », ajoute Jennifer. 

Vers la fin 2021, Jennifer Richardson a fait savoir qu’elle avait besoin d’un camion pour transporter les fournitures.  

« Le samedi suivant arrive un bon vieux camion avec une immense remorque couverte. Seth Dawson (PDG de Paperless Environments) saute à terre et me dit ‘Jennifer, j’ai tout essayé pour que la ville soit plus propre. J’ai téléphoné partout, mais rien ne s’est fait. Et puis j’ai vu votre page sur Internet avec la description de vos efforts quotidiens. Ce camion est pour vous’ », explique Jennifer.

À l’intérieur, il y avait des râteaux, des pelles, un tracteur John Deere tout neuf — et la promesse de Seth Dawson de conduire le camion aux opérations de nettoyage tous les samedis.

« Je me suis mise à pleurer », raconte Jennifer Richardson, « C’est si rare de trouver des gens comme ça, à la fois modestes et précieux, qui travaillent côte à côte à extraire des caniveaux les choses les plus écœurantes et qui, pourtant, reviennent à chaque fois ».


Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s