DÉPASSEMENT DE SOI

Même en pleine pandémie de COVID-19, les clubs Kiwanis trouvent le moyen d’apporter leur aide.

La raison d’être des clubs Kiwanis est d’apporter leur concours quand leur communauté en a le plus besoin. En cette époque de coronavirus, les membres trouvent, malgré tout, des façons de transcender les circonstances qui constituent le quotidien de chacun d’entre nous. Voici quelques exemples des nombreuses démarches motivantes que des clubs des quatre coins du monde ont adoptées, afin d’être à la hauteur d’une situation hors du commun.


Panama (République du Panama)

Une grande réactivité grâce aux relations locales 

Au Panama, le club Kiwanis de Crucible C3 s’est mobilisé quand le coronavirus a frappé. Il a bénéficié d’une bonne combinaison :  sa longue expérience de service avec des organisations locales et une bonne relation avec la direction du club.

Le président du club, Isaac Borbua, est membre de l’Autoridad del Canal de Panamá, ce qui lui a permis de prendre la tête d’une initiative commune avec les ingénieurs de l’ACP, afin d’aider des organisations locales auxquelles le club avait déjà apporté son concours par le passé. Et pour cela, il a collecté des dons en argent auprès de l’ACP, qui ont pu servir ensuite à acheter de la nourriture et des produits et articles de nettoyage.

Au total, en devise panaméenne, le don de l’ACP s’est élevé à 2 600 balboas. Le 30 avril, des membres du club ont apporté des articles à cinq maisons de soins et foyers de groupe dont les résidents sont des malades atteints du SIDA ou encore des enfants handicapés. 


Erbach/Odenwald (Allemagne) 

Au-devant d’enfants éloignés en période de quarantaine 

Quand le club Kiwanis d’Erbach/Odenwald (Allemagne) a été contraint par le coronavirus d’annuler ses manifestations, certains de ses membres ont utilisé des fonds disponibles dans le cadre d’une approche différente : des dons d’un faible montant au profit de causes essentielles, très loin de l’Allemagne. 

« En Allemagne, nous avons de la chance », déclare le président sortant du club, Stefan Uhrig, « souvent notre action est de donner des jouets à une maternelle ou des cartables à des enfants dans le besoin ».

Le club avait précédemment été en relation avec deux projets, l’un au Pérou, l’autre en Ouganda. Organisant une toute dernière collecte de fonds avant le confinement, le club a levé 500 € pour Casa Verde, un foyer pour enfants dans la ville péruvienne d’Arequipa. 

En Ouganda, une organisation appelée Abaana Afrika dirige une école qu’elle a construite pour les enfants d’un village. Quand l’établissement a fermé, les élèves ont été renvoyés dans leur famille et se sont retrouvés privés de l’une de leurs sources principales de repas de qualité, surtout dans les nombreux foyers où les parents étaient aussi confinés chez eux et dans l’impossibilité de travailler. Le don du club a procuré un mois de nourriture à sept familles.

Pendant cette période, le club a continué à œuvrer dans sa communauté. Lorsqu’une station de radio locale a fait état de besoins pour un foyer pour femmes, des membres ont acheté des jeux de société pour les enfants hébergés avec leur mère. Un magasin du quartier leur a même accordé une remise.

Des membres du club ont également fourni des masques en tissu frappés du logo de Kiwanis que le club avait achetés auprès du club jumelé de Schärding (Autriche). D’ailleurs, le club en a également acheté pour certains de ses membres. Un jour, l’employée d’un magasin a demandé à Stefan Uhrig d’où venaient tous ces masques. En effet, ce même jour, elle disait avoir vu huit personnes déambuler « avec Kiwanis écrit sur leur visage ».


Kendall-South Dade, Floride (États-Unis) 

Une subvention aide un club à garder espoir 

Quand, en pleine pandémie, une banque alimentaire locale doublée d’une association de bienfaisance a constaté une progression de 500 % des demandes d’aide, le club Kiwanis de Kendall-South Dade, en Floride, est intervenu en se servant d’une subvention du Fonds pour les enfants de Kiwanis. 

« Nous voulons aider à apporter de l’espoir en cette période de crise », déclare Diana Morrell, secrétaire du club de Kendall-South Dade. 

Ces fonds ont permis à cette organisation, Bridge to Hope, d’aider 51 familles qui lui avaient été signalées par la direction de l’école. Un grand nombre de ces familles ne dispose pas de véhicules, alors Bridge to Hope leur livre l’alimentation, les fournitures scolaires, les désinfectants pour les mains et les masques. La subvention a permis la poursuite de cette initiative pendant tout l’été.


High Point, Caroline du Nord (États-Unis)

Une caravane de soutien

Tout le monde a besoin d’un peu de camaraderie en cette époque. En avril, des membres du club Kiwanis de High Point, en Caroline du Nord, ont redonné le moral aux membres de l’Aktion club qu’ils parrainent : ils sont passés en voiture devant sept foyers de groupe, brandissant des pancartes d’encouragement pour ces membres du club confinés à l’intérieur. C’est dans de tels foyers que réside la plupart des membres de l’Aktion Club. Respectant les règles de distanciation sociale, les résidents ont également eu la possibilité de sortir brièvement pour un peu d’interaction.


Portmore (Jamaïque)

Les Kiwaniens font preuve de compassion et présentent un projet 

Sur la côte sud de la Jamaïque, le club Kiwanis du Grand Portmore ne s’est pas contenté d’une réaction rapide au coronavirus, il a aussi élaboré un projet. Intitulé #WECARE, celui-ci est une initiative en plusieurs phases destinée à répondre aux besoins des professionnels de santé et des employés du secteur des services – ainsi que de personnes particulièrement vulnérables face à la COVID-19 – de la division 23 Ouest de la Jamaïque. 

En mars, pendant la première phase, le club a acheté du désinfectant pour les mains et des produits de nettoyage qu’il a ensuite livrés au commissariat de police du Grand Portmore, à la caserne des pompiers de Waterford et au centre médical du Grand Portmore. En outre, le club s’est associé aux clubs Kiwanis de Sunshine City, Portmore et Portmore-centre pour confectionner un millier de masques destinés à des résidences pour personnes âgées et pour personnes handicapées mentales.

Les membres du Grand Portmore ont fait don de 10 sacs de 45 kg de riz à la municipalité de Portmore, afin que les colis destinés aux personnes âgées comportent aussi du riz. En outre, ils se sont associés au club Kiwanis de Portmore pour composer des colis d’aide constitués d’aliments et autres produits essentiels, puis les ont livrés à des habitants de la ville qui se trouvaient en quarantaine, car ils étaient potentiellement porteurs du coronavirus.

Avril a été le mois de la phase deux : le club a acheté six fûts en plastique et les a fait convertir en lavabos autonomes qui permettront aux utilisateurs de se laver les mains dans des hôpitaux et des commissariats de police.

« La municipalité de Portmore a promis de les remplir d’eau chaque jour si nous avons du mal à le faire nous-mêmes », explique Nordia Campbell, présidente du club du Grand Portmore. 


Cheyenne, Wyoming (États-Unis) 

Un club collecte des fonds pour la collectivité et pour certains de ses membres

Confronté au coronavirus, le club Kiwanis de Cheyenne, dans le Wyoming, a ressenti la nécessité d’apporter en urgence une aide à la collectivité. Dans un premier temps, le club s’est penché sur l’insécurité alimentaire. 

« Il s’agissait de procéder à une évaluation succincte de la communauté », explique Tim Sheppard, membre du club. 

Poursuivant ses réunions en ligne, le club, qui compte 270 membres, a alors constitué un comité chargé des levées de fonds au profit de la lutte contre le coronavirus. Les membres ont contacté deux banques alimentaires locales. Celles-ci lui ont conseillé de se mettre en relation avec la Food Bank of the Rockies (Banque alimentaire des Rocheuses) qui soutient les banques locales. Cette entité plus importante a accepté d’utiliser les fonds collectés par le club spécifiquement pour les banques alimentaires de Cheyenne. À la mi-mai, le club avait collecté près de 30 000 USD. 

Son action s’est élargie lorsqu’un de ses membres a été infecté par le virus, puis a perdu son emploi. Les fonds répondent désormais à deux besoins : 70 % des sommes vont aux banques alimentaires locales et 30 % à des membres dans le besoin en raison de la pandémie. 

D’ailleurs, le club a conclu un partenariat avec l’antenne d’United Way pour le comté de Laramie, et permet à cette organisation de superviser la tranche de 30 %. Grâce au formulaire de demande d’United Way, les membres n’ont pas besoin d’adresser en personne une demande à d’autres membres.

« C’est un environnement nouveau », explique Sheppard, « et procéder à une forme quelconque d’évaluation de la communauté ne coûte pas cher. Kiwanis a le pouvoir d’améliorer les choses sans attendre, et c’est bien ce qu’il nous appartient de faire, à mon avis ».


Une version plus exhaustive du présent article a été publiée dans le numéro d’août 2020 du magazine Kiwanis.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s